dolpi »

dolpi

  • warning: Creating default object from empty value in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/modules/taxonomy/taxonomy.pages.inc on line 33.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/views.module on line 879.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit(&$form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.

Lilian Mathieu : le temps, l’argent, et l’anti-militantisme

Lundi, 26 Décembre, 2011
Logo

 

Pour militer, « faut du temps, mais pas nécessairement de l’argent ». Pour le sociologue Lilian Mathieu, militer nécessite de la « socialisation », et aussi de se défaire des complexes induits par un discours antisyndical.


Lilian Mathieu, 40 ans, est un chercheur en sciences sociales. Cet homme ordinaire comme il se présente, s’intéresse aux moyens d’action et de protestation des plus démunis avec, comme le dit sa fiche du CNRS : « :’étude des mobilisations prenant naissance au sein de milieux peu favorisés, de populations pauvres voire marginales ou stigmatisées ». Pour le sociologue de terrain, c’est simple : « on voit rarement de telles mobilisations chez des actionnaires ou des banquiers, car eux ont d’autres moyens de faire valoir leurs intérêts. »

La policière indignée a récidivé !

Lundi, 26 Décembre, 2011
Logo

 

Condamnée pour avoir critiqué la police, Sihem Souid récidive en publiant un nouveau livre sur son combat préféré : rendre la police plus civique. La policière est soutenue entre autres par Stéphane Hessel, et un collectif breton qui prend des airs de Fondation Abbé Pierre pour les fonctionnaires malmenés par leur hiérarchie. 

 

(crédit photo : Stéphane Krauz)

 

Il faisait beau comme un jour de printemps quand j’ai interviewé en cette fin d’octobre celle qui a osé parler des nuages gris de la Police française. Place d’Italie, dans le XIIIème arrondissement de Paris, je rencontre Sihem Souid. Oxymore ou paradoxe, en face de moi j’ai des yeux noirs tout brillants, et un sourire tout timide qui cache une détermination de résistante. La policière a les doigts qui parlent pour elle, ils sont directifs, et dans ses yeux fixes, tout me parait clair : elle a le charme de ceux qui s’indignent --- entre colère et humanisme.

Comment vaincre la « discrimination citoyenne » ?

Lundi, 26 Décembre, 2011
Logo

 

La « discrimination citoyenne » n’a pas encore de définition juridique officielle, et pourtant cette entrave aux libertés fondamentales existe déjà. Pour la combattre, retour sur les victoires historiques sur cette menace fantôme, bien réelle. 


Le phénomène que j’appelle « discrimination citoyenne » est nommé pour la toute première fois aujourd’hui, certes. Il reste cela dit que nous connaissons tous, ou avons déjà subi, ce à quoi renvoie ce concept. Quand un individu est marginalisé pour ses actes militants, c’est de la discrimination citoyenne. Quand une association se voit refuser une subvention à cause de son militantisme, c’est de la discrimination citoyenne. Quand suite à une grève, un employé gréviste subit des pressions de la part de sa direction, c’est de la discrimination citoyenne.

La logique gestionnaire tue la démocratie locale !

Lundi, 26 Décembre, 2011
Logo

 

Danielle Simonnet porte un regard critique sur le fonctionnement de la démocratie locale, en s’interrogeant sur le rôle réel des assemblées des citoyens Parisiens étrangers extracommunautaires. Pour cette élue de Paris, la faute est à la logique gestionnaire qui préfère rester sur une représentation communautaire plutôt que de choisir l’orientation politique pour une véritable implication à la vie citoyenne.


La démocratie participative est un sport de combat et… d’état d’esprit ! Danielle Simonnet, secrétaire nationale du Parti de Gauche, est une élue du XXème arrondissement de Paris. Elle a participé à l’élaboration de l’assemblée des citoyens Parisiens extracommunautaires --- ce premier pas vers le droit de vote des étrangers.

La gourmandise citoyenne est une vertu

Lundi, 26 Décembre, 2011
Logo

 

Les repas-débats de Partage Faourette impliquent les habitants du quartier et sauvent financièrement l’association.

 

(Crédit photo : Méziane El Mars)

 

« Un festin qui donne faim de politique ! » Voilà ce que propose l’association Partage Faourette de Toulouse : de l’implication, des rencontres, et de l’émancipation. Mais que sert-on aux « repas-débats » ? En entrée, notons que la 1ère Maison des Chômeurs de France a ouvert en 1993 au cœur du Grand Mirail. Il s’agit d’être proche du public visé (notamment les chômeurs) et d’impliquer tous ceux qui le veulent sans jamais plus les laisser entre parenthèses.

 

Le Grand-Père de la démocratie participative

Lundi, 26 Décembre, 2011
Logo

 

Pour l’ingénieur en démocratie locale, Jean-Pierre Worms, la démocratie déléguée alimente la bureaucratie, engendre la discrimination, et empêche la démocratie réelle. A l’inverse, tout en partant de l’humain, la confiance et la coopération permettent une démocratie active. 


(Crédit photo : dolpi)

 

« Bien plus qu’un grand-père ! Et bien plus que la démocratie ! ». Député et élu local en Saône-et-Loire jusqu’en 1993, Jean-Pierre Worms est un militant politique, devenu un militant associatif. Jean-Pierre Worms est le « Grand Père de la Démocratie Participative ». Il connait ces assemblées extracommunautaires qui ne fonctionnent pas comme prévu (voir page 26 et Danielle Simonnet), il sait les raisons du non-engagement des classes populaires (voir page 34 et Lilian Mathieu)…!

L’Invention des « Emeutes Citoyennes »

Lundi, 26 Décembre, 2011
Logo

 

Au lieu de faire des émeutes urbaines, l’association Agir Pour Réussir a monté les premières Emeutes Citoyennes. Depuis, malgré les obstacles posés par les autorités administratives, la structure poursuit une chevauchée citoyenne… fulgurante.


Ça a commencé par un rodéo dramatique, sanglant, et ça se poursuit par une chevauchée fantastique, pleine d’espoir. « Un soir, un dimanche, en 2007, sur le terrain de foot, comme d’habitude, des jeunes faisaient un rodéo moto. Mais ce dimanche-là, des flics sont venus, et pour répondre aux caillasses jetées par les jeunes, les flics ont tiré à balles réelles ! » Résultat ? Un jeune a reçu une balle dans l’épaule. Moussa Camara, 25 ans aujourd’hui, se souvient des tensions qui ont suivi dans son quartier de La Croix-Petit, à Cergy (dans le 95).

Lettre ouverte au film Case Départ

Lundi, 15 Août, 2011
Logo

 

Ce qui est drôle, c'est ce qui n'est pas drôle. Et le plus fort, c'est d'en rire en en prenant conscience. Sur les traces de Chaplin dans Le dictateur, et de Benigni dans La vie est belle, Thomas N'Gijol et Fabrice Eboué dans leur film autour de la traite négrière Case Départ, sorti ce 6 juillet, creusent le sillon du rire conscient. 

Chère Ancêtre,

 

Quand les deux héros ont le malheur d’’atterrir à ton époque : t’’ont-ils dit que c’’est parce qu’’ils avaient osé nier leur héritage? A la fin, quand les deux héros retrouvent la liberté, ce n’’est pas par révolte. Non, s’’ils sont affranchis, c’’est par le bon vouloir du maître : ça a été comme ça pour toi aussi ? Attends. Je m’’emballe. Reprenons.

 

Chère Ancêtre,

 

UMP J’’écris ton nom !

Lundi, 15 Août, 2011
Logo

 

Le groupe Les Colporteurs chante "J'écris ton nom : UMP". C'est drôle, ça balance et ça fait du bien ! Le groupe a fait un buzz avec ce titre à Tarbres, où la mairie est UMP. Ils ont eu des problèmes : "ça signifie que l'objectif avait été atteint : c'est qu'on a bien fait notre boulot !" Mais c'est quoi leur boulot, à ces colporteurs modernes ? Être autonomes, critiques, et transcrire la réalité.


Dolpi pour Pote à Pote : Ecrit pendant la Seconde guerre mondiale, parachuté par des avions anglais, le poème J’’écris ton Nom est un hymne à l’’espérance, écrit par Paul Eluard et véhiculé par la Résistance... En quoi les années Sarkozy (2003 - 2012) ressemblent ou diffèrent des années Pétain ?

Le comique Bantou Cosmopolite : Phil Darwin

Lundi, 15 Août, 2011
Logo

 

L'humour est une arme antiraciste que le comédien Phil Darwin sait utiliser. Ce comédien cosmopolite poursuit une oeuvre qui se veut authentique. Rencontre avec un Bantou new style.


Riposter contre les idées vomies par une extrème droite pleine de certitudes, on le sait, peut être fait avec humour ! Entre autres, c’’est ce que propose Phil Darwin.