Toulouse pour l'Égalité le 16 novembre 2021

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/views.module on line 879.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit(&$form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.

Mardi, 16 Novembre, 2021
Logo

Daniel Rougé, maire-adjoint à Toulouse chargé de la coordination des politiques de solidarité et inclusion, de la déontologie, des relations institutionnelles avec les acteurs public et privés et du suivi du CCAS

 

Les marcheurs de l’égalité sont venus à la rencontre de Toulouse en visioconférence le mardi 16 novembre 2021 dans le cadre de leur Tour de France de l'Égalité annuel.

 

Parmi les participants de la Maison des Potes, il y avait Samuel Thomas, délégué général de la fédération, Ibrahima Coulibaly, élève-avocat, Clara Hodemon, juriste et Abdoulaye Dia, médiateur social. Concernant les participants hors Maison des Potes, la discussion s'est faite avec Daniel Rougé, 1er adjoint au maire de Toulouse, en charge de la coordination des politiques de solidarité et d’inclusion, de la déontologie, de la fonction de Questeur, des relations institutionnelles avec les acteurs publics et privés et du suivi du CCAS.

Samuel Thomas débuta la visioconférence en expliquant que la nouvelle théorie des avocats anti racistes est de vouloir faire changer d’avis la 17e chambre correctionnelle en lui faisant reconnaître que s’attaquer aux étrangers et aux immigrés c’est s’attaquer à une catégorie protégée selon les propos de l’un des avocats de la Maison des Potes Jérôme Karsenti.

Clara Hodemon de son côté expliqua que les militants de Génération identitaire sont fortement présents sur Twitter et qu’ils retweetent régulièrement des propos tenus par Zemmour.

Samuel Thomas continua en disant qu’en cherchant les comptes Twitter de toutes les personnes affiliées à l’extrême droite et partisantes de Génération identitaire, il a trouvé que le chef politique des commandos des 22 était en réalité Simon Roland sur Twitter, qui est aussi Simon Charles, chef du bloc identitaire depuis 2012. Cet homme était derrière l’organisation de l’attaque de Poitiers et derrière toute les attaques du bloc identitaire depuis 2012.  

Il raconta avoir découvert cela grâce à Laurent de Boissieu, journaliste politique qui a rédigé un document sur la chronologie générale du bloc identitaire en remontant à leur création en 2008. Auparavant, le mouvement s’appelait Les Petits Lyonnais, puis après La Traboule, puis la Maison de l’Identité, puis ils ont déclaré Génération Identitaire à la préfecture en 2012 et ils ont changé de président en 2017. Il refait la chronologie juridique du groupe et de ceux qui ont fait les attaques.  

Abdoulaye Dia poursuivit la conversation en demandant à l’adjoint dans quelles mesures la mairie de Toulouse est prête à s’engager à organiser la journée du 21 mars.

Daniel Rougé répond que sur le sujet des discriminations, il n’a pas souvenir d’un document de plan de lutte contre les discriminations qui ait été fait. Le maire a signé une charte de l’élu en charge de la lutte contre les discriminations et en a fait un plan de lutte contre les discriminations qui est utilisé à la mairie de Toulouse et incarne en quelque sorte le sujet de lutte contre le racisme donc évidement la mairie de Toulouse est engagée complètement dans cette direction et elle a un plan qui formalise les engagements sur la lutte antiraciste. Les collègues de Daniel Rougé travaillent pour orienter les décompositions de ce plan. Sur le principe, il n’y a aucun problème pour lutter contre le racisme.

Samuel Thomas regrette qu’à la mairie de Toulouse, tous les ans, il y ait une communication pour le 8 mars, journée mondiale dédiée aux droits des femmes, mais que le 21 mars est une date oubliée. Pourtant, la France a adhéré à la journée du 21 mars avant d’adhérer à la journée du 8 mars (tout le monde est d’accord pour défendre les droits des femmes car aucun parti politique n’est sexiste) tandis que la journée contre le racisme est plus difficile à organiser car il y a des partis racistes comme le Rassemblement National par exemple qui ne sont pas d’accord pour que soit célébrée la lutte contre le racisme. Pourtant, avec la menace grandissante de l’extrême droite en ce moment, c’est d’autant plus important de célébrer le 21 mars.  

À Toulouse est présent le groupuscule le plus violent de France qui est le groupuscule d’extrême droite Génération Identitaire, on le sait car on a un procès contre lui pour avoir attaqué les locaux de SOS Méditerranée à Marseille. Le plus gros de l’équipe de Génération Identitaire est à Toulouse ainsi que l’ex-porte-parole du mouvement Thaïs d’Escufon.  

La dangerosité du racisme à Toulouse est fortement visible puisque par exemple en 2017 un mur a été créé par le collectif de Séméac pour s’opposer à la création d’un centre de migrants.

L’idée est de faire voter en conseil municipal que le 21 mars 2022 doit être célébré à Toulouse en mettant des moyens disponibles en termes de communication. Il est d’autant plus essentiel de célébrer le que ce sera le 50eme anniversaire du 21 mars puisque ce sera le 50e anniversaire de la date, reconnue par la France comme journée internationale de lutte contre le racisme en 1972.

Daniel Rougé est tout à fait d’accord pour l’organisation de cette journée à laquelle il est prêt à donner plus de force. Il va en discuter avec Fella Allal, conseillère municipale déléguée à la lutte contre les discriminations à la ville de Toulouse.

Ensuite, la Maison des Potes présente à Daniel Rougé la proposition d’implantation d’un centre d’accueil et d’hébergement pour les demandeurs d’asile, les migrants et les sans-logis.

Daniel Rougé répond en expliquant que des dispositifs de centres d’hébergement existent comme un l’hôtel où il y a des jeunes isolés étudiants, la moitié venant du Soudan et un quart venant d’Afghanistan. Ils sont hébergés dans un hôtel où des actions sur l’insertion professionnelle sont faites.

Samuel Thomas relève que Daniel Rougé, en tant que responsable du suivi du CCAS à la mairie, doit pouvoir aider les demandeurs d’asile qui cherchent à monter leurs dossiers. Il explique que les associations qui accompagnent les demandeurs d’asile sont débordées car le temps de travail pour accompagner un individu pour une régularisation est si conséquent que les associations, qui sont très peu subventionnées, sont dépassées. L’idée c’est de pouvoir confier aux agents du CCAS le soin d’aider les demandeurs d’asile à monter leurs dossiers.  

Samuel Thomas dénonce également l’impossibilité d’avoir un rendez-vous sur le site de la préfecture pour quelqu’un qui a besoin d’une admission exceptionnelle de séjour.  

Daniel Rougé explique qu’il ne connaît pas ce sujet et qu’il se renseignera.

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.