Ce qu’il faut faire : Une seule solution: le mouvement associatif!

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/views.module on line 879.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit(&$form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.

Vendredi, 4 Juin, 2010
Logo

 

Par Julien Dray, député de l’Essonne, vice président de la région Île de France


Je finis par vous raconter cette anecdote. Quand j’étais au Conseil régional et que je m’occupais de la politique de la ville, il y avait la commission permanente. Celle-ci attribue les subventions. Ils me cassaient les pieds. Souvent j’ai invité les associatifs à venir voir, pour 3000, 5 000 euros. Il fallait que j’explique l’action, que je présente le bilan d’activités, que je justifie le nom de l’association. C’est tout juste s’ils n’allaient pas compter le nombre de participants à la virgule près. Cela durait une heure, deux heures parfois. Deux minutes après, on passait à la rénovation lourde. Là, c’étaient des dizaines de millions d’euros. Personne ne contestait rien. Cela passait comme une lettre à la Poste. Personne ne savait à quoi cela correspondait. Voilà, c’était la réalité à laquelle j’étais confronté, et c’est la réalité à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui. La rupture ne peut s’opérer que là et elle ne s’opèrera que d’une seule manière : tant qu’il n’y aura pas un fort mouvement social associatif coordonné, organisé, disposant de ses propres réseaux, nous n’arriverons pas à nous en sortir.

 

 

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.