Des deux côtés des rives

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/views.module on line 879.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit(&$form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.

Lundi, 14 Février, 2011
Logo

 

Ce texte de Mohammed Benchaabane est extrait d'un recueil de poésies et récits intitulé "Ma femme est le père de mes enfants". Cet ouvrage veut célébrer la mémoire des chibanis (cheveux blancs en arabe dialectal). Immigrés algériens, ils ont construit la France. Aujourd'hui retraités, ils sont restés ici où ils souffrent d'un manque de reconnaissance et de l'indifférence des pouvoirs publics.


La vieillesse les a rendus visibles, venus après guerre

A la demande du patronat et du gouvernement,

Immigration organisée pour reconstruire la France.

Dans les mines, dans le bâtiment, déroulant les routes de goudron

Le corps secoué jusqu’aux entrailles

Par le marteau piqueur,

Et quand venait la nuit dans le bidonville, et plus tard

Dans les chambres du foyer qu’ils ont construit,

Certains continuent à entendre ce corps usé qui réclame qu’on s’en occupe.

Toutes ces années

Des deux côtés des rives, j’ai pris le nom

D’immigré.

Je fais toujours l’actualité, je suis présent dans les journaux, à la télévision, à l’assemblée du peuple, le président de la République me cite souvent dans ses discours.

Il y a même un parti politique qui a fait de moi son fond de commerce, d’après ce qu’on m’a dit au foyer !

Je suis maintenant en retraite, je voudrais bien rentrer au pays, passer plus de temps auprès de ma femme, le gouvernement veut que je continue à vivre en France, je ne peux pas rester plus de quatre mois au pays. Ils ne savent plus ce qu’ils font !

Le nombre de ceux qui rentrent définitivement au pays augmente, vu qu’après la vieillesse, il n’y a pas une autre vie.

Dans trois mois, je rendrai visite à ma femme qui depuis quarante ans attend mon retour.

J’irai me recueillir sur les tombes de mes amis du foyer qui sont rentrés dans leur terre.

Sur les bancs du foyer, avec le printemps qui arrive, ma silhouette sera encore présente avec le silence qui m’habille.



Mohammed Benchaabane

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.