Neuf jeunes nazillons condamnés pour les incendies des Kebab d’Auxerre

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/views.module on line 879.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit(&$form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.

Mercredi, 16 Mai, 2012
Logo

La Cour d’assises d’Auxerre vient de rendre le 15 mai 2012 son jugement contre le commando du groupuscule « Ordre national » qui avait entre le 21 mai 2004 et le 22 mai 2005 commis des attentats racistes au cocktail Molotov et des ratonnades à Auxerre et dans les environs.

La Cour d’assises d’Auxerre vient de rendre le 15 mai 2012 son jugement contre le commando du groupuscule « Ordre national » qui avait entre le 21 mai 2004 et le 22 mai 2005 commis des attentats racistes au cocktail Molotov et des ratonnades à Auxerre et dans les environs.

 

Tous les propriétaires de Kebab d’Auxerre victimes des incendies criminels, celui de la sandwicherie « ORIENT EXPRESS » victime de 3 attaques le 21 mai 2004, le 2 octobre 2004 et le 5 mars 2005 , celui du restaurant « CHICHE KEBAB D’URFA » victime d’une attaque le 5 juin 2004, celui de la boucherie « BAB MANSOUR » incendié le 2 septembre 2004, celui du Kebab « ISTANBUL SANDWICH » attaqué le 5 mars 2005,  le propriétaire du kebab « LE BOSPHORE » de Briénon sur Armançon incendié le 10 juillet 2004, le propriétaire du restaurant « Med Kebab » de Toucy , et le propriétaire de l’épicerie « Earl REDA » à Lindry, étaient venus devant la cour d’Assise demander justice avec leurs avocats ainsi que ceux de SOS Racisme partie civile à leurs côtés. 

 

Le vice-président de SOS Racisme, Samuel THOMAS avait porté plainte auprès du Procureur de la République après que Cimendag ATALAY propriétaire du « Med KEBAB » de Toucy et Kurt FEVZI propriétaire du « Chiche Kebab d’Urfa » à Auxerre soient venus le voir en lui indiquant que lorsqu’ils avaient été au commissariat porter plainte, les policiers les avaient suspectés d’avoir eux-mêmes incendié leur Kebab pour toucher l’assurance. Les victimes de ces attentats avaient pourtant indiqué aux policiers que les incendies au cocktail molotov avaient été précédés de placardage d’affiches du Front National sur la vitrine de leurs Kebab. 

 

La vérité sur le caractère criminel des incendies de Kébab n’avait été révélée que grâce à une enquête de flagrance par les policiers qui avaient arrêté Thibault G le 6 novembre 2005. Une perquisition était immédiatement réalisée le 7 novembre 2005 chez Thibault G parce qu’il portait une arme blanche, un faux uniforme, des insignes de police et se faisait passer pour un policier de Clichy Sous-Bois où venaient d’avoir lieu des émeutes. C’est à son domicile que les policiers avaient trouvé 3 articles de l’Yonne Républicaine relatant l’incendie d’un resto kebab et des dégradations par les tags nazis et un calendrier 2004/2005 avec la liste des actions et dates prévues pour les attentats de Kebab, et les ratonnades programmée sur la ville d’Auxerre et dans les environs. Non seulement le caractère criminel des incendies de Kébab qui venaient de se répéter sur Auxerre au cours des 18 mois passés était établi par les documents trouvés chez Thibault G mais divers documents attestaient par ailleurs du caractère raciste de ces attentats).

 

Lors de la perquisition du 7 novembre 2005 chez Thibault G, la police avait retrouvé, outre sa carte de membre du FN de 2005, sa montre gravée avec SS et une croix gammée sur le manche, le livre Mein Kampf , une carte du parti " l’ordre national" dont il était le président fondateur , ainsi qu'une liste de 12 membres de ce parti, un bureau (composé du président, du chef d’assaut, du chef de propagande), des Tracts incitant à la xénophobie et à la haine raciale, et une feuille imprimée sur comment créer un engin explosif.

 

Ce parti « ordre national » découvert par « hasard » par les policiers était totalement nazi et avait pour objectif de « purifier la France ». Son organisation était essentiellement basée sur le Reich Allemand sous la 2nd guerre mondiale. Dans le cadre de l’enquête qui s’en est suivi, les policiers ont mentionnés que Thibault G indiquait qu'il était flatté qu'on le compare au führer et ses écrits constituaient une justification de l’élimination systématique des juifs, des maghrébins, des asiatiques.

 

Le procureur de la République, avait en conséquence qualité Thibault G de « mini-führer », lors du premier procès de ceux qui avaient commis la ratonnade du 21 mai 2005 contre deux jeunes d’origine maghrébine. Lors de ce procès du 19 octobre 2011, au tribunal Correctionnel d’Auxerre, quatre des 9 prévenus qui viennent d’être jugés aux assises avaient alors été reconnus coupables d’une attaque violente, coordonnée par 6 hommes encagoulés et armés de barre de fer, de poings américains, et de couteau contre deux jeunes d’origine maghrébine dans le parc de l’arbre Sec. 

 

Parmi les 9 membres d’« Ordre National »  jugés aux assises pour les incendies de Kebab, quatre d’entre eux (Thibault G le chef, Thomas D le chef d’assaut, Arthur L, et un jeune âgé alors de 17 ans et 11 mois) ont ainsi déjà été condamnés à 3 ans de prison dont 18 mois ferme pour ces agressions racistes avec armes. Les agresseurs ont été aussi condamnés solidairement par le TGI à verser 5 000 euros de dommages et intérêts à SOS Racisme et aux deux victimes.

 

Un des complices de Thibault G avait rapporté aux enquêteurs que Thibault avait revendiqué avoir organisé la ratonnade à l’Arbre Sec pour montrer aux Turcs qu’ils n’étaient pas chez eux. D’autres jeunes membres de parti nationaliste indiquaient aux enquêteurs que Thibault G était un nazi, qui voulait mettre les arabes dehors. Ce jeune chef du parti « Ordre National » avait lui-même indiqué aux enquêteurs avoir organisé et réalisé les attentats pour pousser celui qui tenait le commerce à quitter la ville et pourquoi pas la France. Il disait qu’il pensait ainsi prendre de l’importance comme leader d’extrême droite. Thibault G revendiquait avoir créé l’ON entre 2003 et 2004 et l’avoir dissous en mars 2005 pour s'investir pleinement dans le Front National. 

 

Le parti « Ordre national » était clairement fondé sur l’idéologie nazi selon les documents rassemblés par les enquêteurs grâce à plusieurs perquisitions au domicile des membres de ce groupuscule. Outre l’organigramme du parti trouvé chez Thibault G avec un chef d’assaut, un chef de propagande, les policiers ont pris possession de dessins racistes « Contre la pollution juive », de photo -montages avec ce commentaire « sincèrement, ne croyez-vous pas que la race noire est plus proche du singe ? », de textes racistes sur les 3 catégories d’êtres vivants : « les animaux, les hommes et les sous-hommes. » ou encore des dessins décrivant un camp d’extermination destiné aux individus « de race noire ou de confession israélite » dessinés par Thibault G.

 

Les liens entre Thibault G et les membres de son parti Ordre National et le Front National ont clairement été établi à l’audience et durant l’enquête signifiant clairement que l’idéologie de Thibault et de son commando de jeunes radicalisés de 18/20 ans n’était pas pour déplaire aux dirigeants locaux du FN. C’est ce que nos avocats Eric NAJSZTAT, Patrick KLUGMANN, Myriam ZAANOUN qui se sont succédés à l’audience n’ont pas manqué de souligner en alertant la Cour sur la dangerosité des membres de ce parti « Ordre National ». Ils ont aussi souligné le danger de l’idéologie raciste propagée par le Front National qui a encouragé ces jeunes dans leur dérives racistes et qui ne pouvait ensuite s’innocenter de leurs passages à l’acte criminel.   Me BAZIN et Me LYAND ont insisté sur le traumatisme et le préjudice subit par les propriétaires de Kebab qui ont manqué de brûler pour certains avec leur famille domiciliée au-dessus du restaurant. 

 

Après les réquisitions de l’avocat général François PERAIN, et les plaidoiries des 5 avocats des 9 prévenus, les jurés se sont retirés pour délibérer avec le président de la Cour Hervé STEPHAN.  Les membres du jury de la cour d’assise ont reconnu chacun des prévenus coupables des crimes pour lesquels ils étaient poursuivis. Le chef du parti « Ordre National » Thibault G, et son premier lieutenant le chef d’assaut Thomas D ont été condamnés chacun par la Cour d’assise le 15 mai 2012 à cinq ans d’emprisonnement dont 18 mois ferme, tandis que deux autres prévenus mineurs au moment des faits ont été condamnés à 3 ans de prison dont 8 mois et 6 mois fermes. Pour ces 4 criminels la Cour d’assise a décidé de confondre leur peine avec celles déjà prononcées pour les agressions racistes le 19 octobre 2011. Les 5 autres jeunes criminels, âgés de 25 ans lors du procès mais mineurs lorsqu’ils ont participé aux incendies des Kebab ont été condamnés à des peines d’un an à trois ans de prison dont deux mois ou de trois mois de prison ferme ou encore un sursis total pour l’un d’entre eux. Malgré les peines de prison ferme prononcées à leur encontre aucun des jeunes n’a été placé en détention à l’issue du procè.. 

 

Cette décision de la Cour d’assise de ne pas placer en détention les criminels condamnés a choqué toutes les victimes. Thibault G le meneur du groupuscule d’extrême-droite qui n’avait pourtant effectué que sept mois de détention provisoire, devrait théoriquement purger encore onze mois de prison ferme. Son lieutenant, Thomas D qui n’avait passé que cinq mois en prison devrait lui aussi normalement être placé encore pendant treize mois en détention. Le président STEPHAN de la Cour d’assise a expliqué lorsqu’il a motivé l’arrêt de la cour d’assises qu’il laissait au juge d’application des peines le soin de trancher ultérieurement sur l’aménagement, ou non, de la peine ferme des huit jeunes concernés. Tous les condamnés sont donc repartis libres à l’issu d’un procès qui pour l’essentiel s’est tenu en audience à publicité restreinte, en absence de journaliste parce que 5 des 9 prévenus n’avaient que 17 ans au moment des faits. 

 

Samuel THOMAS, aujourd’hui président de la fédération nationale des Maisons des Potes a indiqué à l’issu du procès regretter qu’aucune peine complémentaire de privation des droits civiques n’ai été prononcées contre des jeunes militants politiques néonazis.  L’avenir nous dira si les regrets formulés par les prévenus qui plaidait l’erreur de jeunesse étaient sincères ou s’ils représentent toujours une menace pour la démocratie. 

 

La rédaction

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.