La marche de la citoyenneté

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/views.module on line 879.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit(&$form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.

Mercredi, 1 Août, 2012
Logo

Pote à Pote n°7, Avril 1995

Pendant un mois, du 26 novembre au 23 décembre 1995, 7 jeunes de SOS Racisme et des Maisons des Potes ont silloné la France en minibus pour inciter les jeunes à s'inscrire sur les listes électorales.


A travers 23 villes, de Strasbourg à Grigny, en passant par Lille, Paris et Marseille, ils ont porté leur message : la jeunesse doit s’imposer là où les décisions sont prises... La citoyenneté passe, en effet, par le vote; mais pas seulement. C’est aussi une implication de tous les jours dans la vie de sa cité, à travers notamment le militantisme associatif.

 

Des quartiers en détresse

 

Face au vide et à la détresse qui règnent dans les quartiers, parce qu’on a trop négligé la rénovation sociale des banlieues, SOS Racisme, la Fédération des Maisons des Potes et la CADECS (Léo Lagrange, Fédération des Auberges de Jeunesse, Culture et Liberté, Fédération Relais, etc.) ont voulu lancer une grande campagne d’inscription sur les listes électorales. Plus largement, l’objectif que se sont fixées ces organisations est la mobilisation d’une jeunesse qui, à travers le droit de vote, par son implication dans les Conseils Municipaux pourra enfin participer. En cette année 1995, c’est aussi le moyen de montrer aux responsables politiques le poids électoral de cette catégorie de la population qu’ils ignorent trop.

 

Des exemples contre la fatalité

 

Aujourd’hui dans les banlieues, les jeunes balancent entre rancoeur et fatalité. Ils pensent qu’ils sont les seuls à connaitre les galères : les municipalités qui ne font rien, les associations sans locaux, le sentiment d’exclusion et d’oubli...

 

Les Marcheurs ont certes obtenu des choses dans les quartiers dans lesquels ils sont passés, comme à Sedan où le Comité a enfin son local et où le dialogue s’est instauré avec les élus. Mais pour eux, ce n’est pas l’essentiel. L’important, c’est d’avoir re- motivé ces jeunes.

 

«Quand tu vois un mec de 18 ans te dire que sa vie est faite et qu’il l’a cramée, c’est dur» raconte Joël. «Pourtant sa vie est devant lui ! La marche, ça a été bien pour ça, on a redonné la pêche; maintenant, avec les Comités locaux qu’on a rencontrés, on va pouvoir faire des choses», conclut-il.

 

«Par notre passage, on leur a montré qu’ils n’étaient pas isolés. Ils pensent qu’ils sont seuls, qu’il n’y a de problèmes que chez eux. Ils ont vu que ça existait ailleurs, et que des jeunes bougeaient, en voulaient, réagissaient, et faisaient bouger les choses...», surenchérit Taly.

 

Manuel Saez Prieto

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.