Christine Chalier »

Christine Chalier

  • warning: Creating default object from empty value in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/modules/taxonomy/taxonomy.pages.inc on line 33.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/views.module on line 879.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit(&$form, &$form_state) in /home/uwcj2475/poteapote.com/web/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.

Les nouveaux dynamiseurs

Mardi, 3 Avril, 2012
Logo

Lucas Dufour et Teddy Ambroise ont repris le flambeau de SOS Stage pour « dynamiser » les élèves du lycée professionnel Pierre Mendès-France à Villiers-le-Bel. Ils nous avouent tout.

 

 

Outre le fait qu’ils sont tous les deux étudiants, Lucas Dufour et Teddy Ambroise ont un autre point commun : « Je me suis senti intéressé par l’action », nous dit Lucas. « J’ai trouvé que la démarche avait quelque chose de civique ». Quant à Teddy, l’idée d’aider les jeunes en insertion lui a plu « Ça correspondait à ce que je voulais : travailler dans l’insertion et avec les jeunes ».

 

Casino : « Nourrir un monde de diversité »*

Mardi, 3 Avril, 2012
Logo

Directeur de la promotion de la diversité du groupe Casino, Mansour Zoberi nous dit pourquoi le groupe Casino soutient l’action SOS Stage. 

 

 

 

Pour quelles raisons Casino a-t-il décidé de verser sa taxe d’apprentissage à SOS Stage ?

Un site de rencontres pas comme les autres www.sos-stage.fr

Mardi, 27 Mars, 2012
Logo

Trouver un stage qui me correspond, dialoguer directement avec les entreprises proches de chez moi, c’est la mission que s’est assigné le site SOS Stage.

Finie la bonne vieille lettre de motivation envoyée à l’aveuglette et qui finit à la poubelle, révolus les coups de fil aléatoires qui relèvent plus du harcèlement que d’une réelle prospection et qui s’achèvent en messages griffonnés et vite oubliés. Dans la jungle de la recherche d’un stage pour les jeunes lycéens pro, la mise en relation directe ne sera bientôt plus l’apanage que de quelques privilégiés qui ont la chance de bénéficier d’un réseau (famille, amis…) mais de tous.

 

L’ANRU déloge les poètes

Lundi, 26 Décembre, 2011
Logo

 

A peine construit déjà démoli. Cela pourrait résumer la politique des municipalités qui, sous prétexte de rénovation urbaine, délogent des habitants, détruisent des habitations encore fonctionnelles, pour profiter des primes à la démolition orchestrées par l’ANRU. Mais les associations pour la sauvegarde du patrimoine architectural urbain ne l’entendent pas de cette oreille.

 

(crédit photo : Olivier Nouyrit)

 

Ce n’est pas le Cercle des Poètes disparus, c’est la Cité des Poètes démolie. Nous vous en parlions déjà l’année dernière1, à Pierrefitte en Seine-Saint-Denis (93), malgré les nombreuses protestations contre un projet de démolition, les pelleteuses sont finalement entrées en action pour raser la partie Desnos. La déconstruction de la verrière, symbole de la Cité des Poètes, a commencé à Noël 2009 suite à un arrêté du maire.

 

Démolir plutôt que réhabiliter

 

Viens militer avec moi !

Lundi, 26 Décembre, 2011
Logo

Tout, tout, tout savoir sur l’art de militer à la mode. Sébastien Porte et Cyril Cavalié ont suivi durant plusieurs années des collectifs de l’altermilitance. A l’arrivée, un album photographique et une analyse percutante de ce phénomène de société. Un livre déjà culte.


Happenings, luttes festives et actions directes font le quotidien de ces collectifs qui continuent de fleurir depuis quelques années déjà. A l’image des clowns de la BAC (Brigade activiste des clowns), ils rivalisent d’humour et d’inventivité pour désamorcer la violence de notre société. Ce sont ces mouvements alternatifs, connectés à Facebook et Twitter, que Sébastien Porte et Cyril Cavalié, les deux auteurs d’un remarquable ouvrage sur ce Nouvel art de militer, ont côtoyé et accompagné dans leurs actions les plus spectaculaires.

Contre Base Elèves : lutter pour demain

Lundi, 26 Décembre, 2011
Logo
C’est pour ne pas alimenter un fichier informatique qu’ils jugent liberticide que des enseignants se mobilisent contre Base Elèves et/ou refusent de faire passer les évaluations nationales en primaire et bientôt en maternelle. Comme ces « désobéisseurs » le proclament sur leur site internet : « Lorsque la consigne est liberticide, se révolter est un devoir !".


Savez-vous que vos enfants, si vous en avez, sont fichés informatiquement à l'école et que non seulement leurs nom, prénom et date de naissance ont été collectés, mais également des données telles que leurs notes, leurs compétences, leur comportement, le nom des personnes qui viennent les chercher à l’école. Ce fichier a été formellement pointé du doigt par l’ONU dans le cadre de la convention des droits de l’enfant.

L’émeute pour le dire

Lundi, 26 Décembre, 2011
Logo

 

Spectaculaire par sa violence et son immédiateté, l’émeute interpelle, secoue, questionne. Lorsque la pression est trop forte, lorsqu’il n’y a plus de mots, elle devient l’action qui incarne le verbe, qui dit l’injustice. L’anthropologue Alain Bertho analyse pour Pote à Pote cette forme d’expression en commentant les émeutes qui ont eu lieu en Angleterre en août.

 

(crédit photo : Chipps Chippendale)

Comment expliquez-vous les émeutes de cet été à Tottenham ? Ont-elles un rapport avec les émeutes de 2005 en France 

Instrumentalisé par la mairie !

Lundi, 26 Décembre, 2011
Logo

 

Son association subit de telles restrictions budgétaires qu’il n’accepte de s’exprimer que sous couvert d’anonymat. 


Emmanuel, directeur d’une structure dans la région parisienne, près de Chibre-sur-Saône, n’a pas le moral au beau fixe. « La ville ne donne que ce qu'elle estime nécessaire pour le fonctionnement d'une structure. Ils ne refusent pas de subvention, ils disent : « Ton projet n'est pas argumenté », même pour des projets qui fonctionnent depuis des années. Et on te donne 1 000 là où on te donnait 10 000. Ces gens sont inexpérimentés.

« Un potentiel de mobilisation toujours là »

Lundi, 26 Décembre, 2011
Logo

 

Pour savoir si la baisse des subventions des associations entraîne un défaut de citoyenneté, Pote à Pote a interrogé le sociologue Adil Jazouli. Actuellement responsable de la Mission Prospective et Stratégie à la DIV (Délégation interministérielle à la Ville), il nous livre son sentiment sur le pouvoir de se mobiliser et la situation du tissus associatif dans les quartiers.

 (crédit photo : Maghress)

 

Pensez-vous que la notion de citoyenneté existe toujours à l'heure actuelle dans les quartiers ?

« Renforcer le pouvoir d’agir ! 

Lundi, 26 Décembre, 2011
Logo

 

Leur ambition c’est de créer du lien social. Mais un lien de qualité, qui repose sur une éthique et qui implique les personnes dans un projet, dans un chemin qu’ils se proposent de les aider à parcourir. Les animateurs des centres sociaux ont certes de l’ambition mais surtout les moyens de cette ambition pour faire de ces lieux d’échanges et de rencontres des recettes sociales qui marchent.


« Renforcer le pouvoir d’agir », c’est le crédo auquel les centres sociaux et socioculturels ont décidé d’adhérer. Disséminés à l’ombre des tours des villes, dans les campagnes, quartiers chics ou quartiers chocs, ils sont environ 2 000 sur le territoire français. Du tout petit enfant au retraité qui veut donner un coup de main, jusqu’aux mamans qui vivent une forme d’isolement, ces lieux de vie s’adressent à tous les habitants du quartier, quelques soient leur âge, sexe, statut.